Haïku a été accueilli en résidence

L'essaim de Julie, St Julien Molin Molette (42) / L'échappé, Sorbier (42) / Pôle Pik, Bron (69) / CNN, Lyon (69) / L'école de Cirque, Lyon (69) / Espace Albert Camus, Le Chambon Feugerolles (42) / CNN, Créteil (94)

Coproduction

Compagnie Dynamo / Espace Albert Camus, Le Chambon Feugerolles (42) / CNN, Créteil (94) / Compagnie Käfig, Créteil (94)

Haïku

distribution

Une pièce de :

Virginie Barjonet

Chorégraphie et interprétation :

Virginie Barjonet

Olivier Gabrys

Lumière :

Florent Oliva

Musique :

The drily doom

Spectacle tout public

Durée : 1h

Dossier de presse

Fiche technique

(placeholder)

A trop vouloir... maîtriser, contrôler...

A trop vouloir...tout... tout de suite, notre monde, si rond, est devenu une grande vague qui emmène tout sur son passage, qui court on ne sait où, et dans laquelle on plonge souvent parce qu'on pense ne pas avoir le choix...

Au coeur de la vague, il y a de tout : des petits, des grands, beaucoup d'informations, des moyens de communiquer, d'échanger mais on ne voit pas "l'autre" quand on est dans la vague... tout va si vite !

De ce fait, on produit beaucoup d'énergie de toutes sortes, afin d'accumuler les objets fabriqués en masse, ou de rendre la nature plus fertile qu'elle ne l'est et ce, au risque de tout détruire...

Ah oui, parce que quand on est dans la vague, on n'a pas le temps de se soucier de la vie !

Revenir à l'essentiel, le temps d'un poème.

Prendre le temps de se poser et juste contempler "le beau", sa simplicité et sa fragilité. Trouver l'intensité du "presque rien", l'apaisement de l'épure.

Tout comme dans "Soie" d'Alessandro Borrico ou encore dans "Neige" de Maxemce Fermine, Haïku met en exergue la beauté de la rencontre de deux êtres apparemment étrangers ; le bonheur d'un sourire, le souvenir d'un regard, l'ombre d'un mouvement. La danse s'envole, mais tout reste fragile. La vague n'est pas si loin, et elle sait être attrayante...

Il faut du courage pour s'émerveiller des choses simples ?

Haïku, c'est aussi la rencontre de deux chorégraphes-interprètes aux énergies très complémentaires. Haïku est notre poème japonais.

Costume :

Clémence Albertus

FR / UK

Cie Dynamo